• Français

Budget

Une gestion ambitieuse et rigoureuse.

Les taux d'imposition communaux sont inchangés depuis 2001

 

Malgré le contexte économique difficile, le budget 2013 conforte les quatre impératifs de la politique municipale : pas de hausse de la fiscalité communale pour la 13e année consécutive, stabilisation de la dette (diminuée de 110 M€, à un niveau trés inférieur à la moyenne nationale), soutien aux associations et maîtrise du fonctionnement.

 

« Réalisme » et « détermination » restent les maitres-mots du Maire.

 

Protégeons-nous de la crise sans cultiver la morosité, continuons à travailler en gardant à l’esprit les quatre impératifs que sont le gel des impôts, le désendettement de la Ville, les efforts en faveur de la cohésion sociale et la maîtrise du fonctionnement. Il n’y a pas d’autre chemin : pragmatisme, réalité, amélioration de la vie des gens. Il est hors de question de toucher à la fiscalité des ménages. La coupe est pleine. Et la dette c’est un impôt déguisé à cause des frais financiers (10,6 M en 2001, 3 M aujourd’hui). Aujourd’hui, nous l’avons diminuée de 110 M€, nous pourrions la rembourser en 4 ans et nos frais financiers ne sont plus que de 3 M€ contre 10,6 M€ en 2001.

 

C’est par cette profession de foi, à la fois mise en garde contre un changement de cap et gage de confiance en l’avenir, que le Maire Hubert Falco a engagé en novembre 2012 le débat d’orientation budgétaire suivi un mois plus tard du vote du budget primitif 2013.

 

13 ans sans augmenter les taux communaux.

 

Le premier magistrat n’a pas caché le « contexte économique difficile au plan national et international pour les ménages comme pour les collectivités locales. ».

 

Une conjoncture plus que délicate qui touche toutes les collectivités et tous les citoyens.

 

Moins de droits de mutation et une Dotation globale de fonctionnement en baisse (il faut s’attendre en 2013 à une baisse de 400 à 500 000 € de la dotation de l’Etat), ce qui représente un handicap supplémentaire par rapport aux années précédentes.

 

Mais plus que jamais, a souligné le Maire il faut se retrousser les manches et ne pas être immobiles. Nous travaillerons en 2013 avec le même réalisme et la même détermination qui nous animent depuis 2001. Et pour la 13e année consécutive, nous n’augmenterons pas les taux des impôts communaux !

 

Représentant un total de 331 516 672 € (dont 100 172 421 € pour la section investissement et 231 344 251 € pour le fonctionnement), le budget 2013 est dans la continuité de ceux qui l’ont précédé grâce aux efforts accomplis depuis 2001.

 

Nous tenons les objectifs que notre Ville s’assigne, a expliqué Hubert Falco, afin d’améliorer la qualité de vie des Toulonnais ainsi que les 600 000 m2 de surface que compte notre patrimoine communal tout en poursuivant la réalisation des grands projets structurants.

 

Cette gestion juste, saine et rigoureuse s’appuie sur les points forts suivants :

 

Fiscalité inchangée pour la 13e année consécutive :

 

Pas d’augmentation de la pression fiscale communale (19,35% pour la taxe d’habitation contre 20,17% en moyenne nationale ; 23,90% pour la taxe sur les propriétés bâties contre 24,15% en moyenne nationale). Ces taux nous valent aujourd’hui d’afficher une fiscalité en dessous de la moyenne des grandes villes de taille équivalente.

 

Toulon a la taxe d’habitation la plus faible des grandes villes de la région PACA.

 

Maintien des efforts pour les subventions aux associations :

 

Soit 7 425 008 € en 2013.

 

Rappelons que le soutien au monde associatif a augmenté de 80%, soit plus de 3 M€, depuis 2000 ! Un effort financier substantiel dans cette période de crise alors que de nombreuses collectivités réduisent les subventions et les dépenses d’intervention.

 

Stabilisation de la dette :

 

Elle était de 104 043 834 € au 31 décembre 2012, en baisse de 110 M€ depuis 2001.

 

Le ratio d’endettement de la Ville est descendu à 620 € par habitant alors que la moyenne nationale est de 1 182 € par habitant.

 

Toulon est la 5e ville la moins endettée sur les 16 plus grandes villes françaises.

 

Maintien d’un haut niveau d’investissement :

 

Plus de 70 M€ d’investissements en 2013.

 

L’ensemble des marchés qui peuvent être signés et subventions d’équipement qui peuvent être versées s’élève à 107,3 M€, soit le double du budget voté. Les crédits de paiement prévus pour exécuter les autorisations de programme sont en hausse de 1,8 M€ en 2013 et représenteront 21 M€ sur les 45 M€ de crédits votés, soit près de 50% des dépenses d’investissement. 34,8 M€ d’autorisations de programmes dont 12,7 M€ pour les bâtiments scolaires et 10 M€ pour les équipements sportifs (17 stades ont déjà été requalifiés dans nos quartiers, dont 12 équipés de pelouses synthétiques dernière génération !).

 

Poursuite du programme de rénovation des bâtiments scolaires :

 

4,5 M€ pour rénover les écoles et locaux scolaires :

 

  • école élémentaire du Mourillon (856 000 €),
  • école st- Jean du Var (519 500 €),
  • école élémentaire les Moulins (370 000 €),
  • groupe scolaire Champ de Mars/Brusquet (190 000 €),
  • maternelle Jules Ferry (menuiseries, accessibilité, ravalement des façades),
  • menuiseries extérieurs sur divers sites (440 000 €),
  • accessibilité handicapés (250 000 €),
  • rénovations diverses d’écoles maternelles et élémentaires (1 874 500 €).

 

Poursuite des opérations de rénovation des rues et places :

 

Avec réfection totale des réseaux souterrains pour plus de 9,6 M€.

 

En particulier le chemin de la Batterie Basse (325 000 €) et divers travaux d’entretien de la voirie communale pour un montant de 950 000 €. Sans oublier les travaux en cours pour la sécurisation du pluvial chemin de rigoumel.

 

Des points forts qui vont à la fois permettre de poursuivre la réalisation des projets structurants et l’amélioration du quotidien des Toulonnais comme par exemple la réhabilitation de nos écoles, la politique en faveur de la petite enfance (15 places supplémentaires sont déjà programmées en ce début d’année) et le soutien aux actions sociales.

 

Ainsi, près de 640 000 € ont été attribués par la municipalité aux centres sociaux toulonnais et, malgré une baisse de l’engagement de l’etat (moins 100 000 € en 2012), la Ville a abondé ses subventions dans le cadre du CUCS (Contrat urbain de cohésion sociale) : 1 699 000 euros, soit un effort jamais fait auparavant !

 

Contacts