• Français

Centre ancien

Objet d’un plan de rénovation globale, le cœur historique de la ville recommence à battre. Une transformation rendue possible grâce à la Convention ANRU signée en 2006 et à une énergique pression de l’intervention des collectivités sur le bâti.

 

L’opération, d’un montant global de 170 M d’euros, touche 12 îlots répartis sur les quelque 23 hectares concernés. Au final, outre la notable amélioration esthétique et fonctionnelle du secteur, elle aura permis la construction de 518 logements sociaux, 54 logements locatifs et plus de 120 logements étudiants, la création de 17 locaux et équipements structurants et de 19 cellules commerciales en rez-de-chaussée d’immeubles ainsi que la restauration de 116 logements privés et la réhabilitation de plus de 250 logements locatifs.

 

Un travail dessous/dessus

Loin de ne concerner que la surface des choses, la rénovation du centre ancien passe aussi par un travail en profondeur : réseaux enterrés, rues et places font l’objet d’une requalification totale. Quant aux lieux d’habitation, ils sont traités de manière à laisser entrer lumière et soleil. La qualité de vie pour tous est en effet au cœur du projet.

 

Secteur sud-ouest

> Une empreinte culturelle

Site où le changement est plus visible parce que plus proche d’un grand axe de circulation (l’avenue de la République), la partie sud-ouest du centre ancien poursuit elle aussi sa mue. Certains des îlots y sont déjà terminés, d’autres le seront en 2015 et au final 70 logements sociaux, 33 locatifs, une crèche, un local associatif, une maison des associations et un commerce ouvriront leurs portes. Mais la vraie spécificité du secteur résidera dans son orientation culturelle et numérique. Déjà amorcée autour de la maison de la photographie avec la galerie Saint-LouisNéovintageMetaxu et l’Axolotl, elle va encore croître et embellir.

> Création, innovation et lieux de vie

A l’image du Supermarché de l’art contemporain qui a choisi la place Vatel comme point d’ancrage de sa 5e édition, ateliers d’artistes et galeries sont annoncés dans le quartier. De même que des salles de répétition (pour l’orchestre de l’Opéra par exemple), des espaces de coworking, des enseignes inédites et une toute nouvelle configuration du secteur : avec une rue Pierre Semard  pleine d’activités, une place de l’Équerre transformée, aplanie, bordée de brasseries et promise à toutes les animations, une place Monsenergue repensée faisant face à l’hôtel de standing qui faisait défaut en ce lieu, un parvis embelli devant le musée de la Marine et la part belle faite aux piétons, c’est tout le secteur qui vibrera bientôt d’une vie retrouvée.

 

Îlot Baudin

> À deux pas de la fac

Sur son périmètre, les travaux concernent pas moins de 27 immeubles, situés entre les rues Baudin, Astour, Pyat et Fernand Pelloutier. Certains ont dû être totalement démolis, d’autres partiellement, afin de conserver les façades situées dans la Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager. Y sont prévus, 106 logements étudiants (en cohérence avec la proximité du nouveau Pôle universitaire), 42 logements sociaux, une crèche et trois surfaces commerciales. Là encore, dans le but de rendre plus agréable le quotidien des habitants, un soin particulier est apporté aux aménagements urbains et à la création d’espaces de vie paysagers.

 

En savoir plus 

La rénovation urbaine du centre ancien c’est :

  • 11 partenaires opérationnels, 5 financeurs,
  • 170 millions d’euros d’investissements (dont 30 M€ Ville de Toulon),
  • 70 opérations,
  • 12 îlots anciens dégradés traités,
  • 98 immeubles partiellement ou totalement démolis.