Environnement

Le paint ball pour nous protéger

Comme pour la plupart des espèces invasives, un des moyens les plus efficaces pour réduire la prolifération des chenilles processionnaires est d’empêcher leur reproduction. Toulon est une des premières villes de la région à tester actuellement un procédé écologique innovant.

Si les pinèdes constituent un patrimoine végétal remarquable, elles sont aussi le siège préféré des chenilles processionnaires. Pour lutter contre l’invasion de ces hôtes indésirables dont les poils urticants contiennent une substance fortement allergène, la Ville passe au banc d’essai une arme d’un nouveau genre.

 

Pas un jeu de billes !

 

Ne vous étonnez donc pas de voir des agents des Espaces verts s’exercer à la pratique du paint ball. Il ne s’agit pas d’un jeu, mais d’un procédé scientifique très sérieux. Les lanceurs  sont remplis de billes contenant, non pas de la peinture, mais une grande quantité de phéromone (*) obtenue par voie de synthèse.  L’exercice consiste à les projeter sur le tronc des pins, pour que leur contenu éclate et s’y dépose. Il  perturbe les récepteurs des mâles et limite du même coup les possibilités de reproduction.

 

Démarche durable

 

Parc et jardins, écoles, établissements de la Petite Enfance, centres de loisirs, etc., la Ville souhaite mener l’expérience dans les zones sensibles,  difficiles d’accès ou en complément de la technique traditionnelle du piégeage (bandes adhésives sur le tronc des arbres). Le choix de cette méthode s’inscrit naturellement dans la démarche « Zéro phyto » engagée depuis plusieurs années puisque le produit, fabriqué sans solvant, ne contient que de l’eau, de l’huile de tournesol et de la cire biodégradable. Quant au résultat de ce premier essai, il ne pourra se mesurer avec précision que dans un an.

En savoir plus 

 

(*)  C’est cette substance qui, lorsqu’elle est excrétée naturellement par les femelles adultes attire les mâles de la même espèce. Or, en perturbant les récepteurs de ces derniers, ils sont dans l’incapacité de localiser les femelles et donc de se reproduire, ce qui réduit considérablement la population de chenilles.

 

< Les processionnaires du pin se nourrissent des aiguilles des résineux qu’elles fragilisent. Leur cycle de vie s’apparente à un cercle infernal : œuf, larve, chrysalide et papillon. C’est à ce dernier stade que le ravageur se reproduit. La femelle peut pondre jusqu’à 200 œufs. Au 3e stade larvaire (5 au total), pour se défendre des prédateurs, des poils urticants apparaissent qui peuvent être transportés par le vent.

 

< Cette espèce invasive constitue un véritable sujet de préoccupation pour les scientifiques qui constatent leur progression en France à la faveur du changement climatique.

 

< La technologie de lutte via le paint ball est brevetée et homologuée

 

< Plus de détails sur www.inra.fr 

 

Actualités 

Actualités

Riche de plus de 350 événements, le calendrier estival sera animé, diversifié et rassembleur.

Rouvert il y a quelques jours, le parking de la rue Dutasta a largement gagné en confort, en sécurité et en esthétique.

Le collage de portraits sur la place de l'Équerre a été l'un des temps forts du premier anniversaire de la Rue des Arts.

La structure, qui accueille les petits Toulonnais le mercredi tout au long de l'année ainsi que pendant les vacances scolaires, ouvrait ses po

Le maire de Toulon Hubert Falco et le président du Conseil départemental Marc Giraud ont inauguré vendredi 8 juin le nouveau carrefour giratoire d