Jobs Étudiants

  1. La recherche d’un job étudiant

Vous souhaitez faire vos premiers pas dans le monde du travail ? Alors le job, durant les études ou pendant l'été, est fait pour vous.

Le pôle Jobs – Entreprises de la Maison de l’Étudiant

Ce service a pour but de vous mettre en relation avec les entreprises de l’agglomération toulonnaise qui proposent des jobs.

Il est ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h.

Il suffit juste de vous inscrire avec les pièces suivantes :

  • vos titres d’identité (carte identité, passeport, titres...),
  • votre carte d’étudiant de l’année universitaire en cours,
  • un CV avec photo d’identité sur papier,
  • un CV avec photo au format WORD (.doc) envoyé à maisonetudiant@mairie-toulon.fr.

Vous aurez ensuite un entretien afin de valider votre inscription :

Pour réaliser votre CV, nous vous conseillons dans un premier temps de lire les pages « candidature gagnante ».

De plus, vous pouvez également participer à des ateliers animés à la Maison de L’Étudiant :

  • Aide à la rédaction (CV, lettre de motivation),
  • Simulation d’entretien d’embauche.

Il y a 2 formules d’inscription :

  • dès septembre pour les jobs d’hiver,
  • dès mars pour les jobs d’été.

Les entreprises peuvent contacter ce service afin de déposer leurs offres de recrutements.

Le service Jobs traite la demande en fonction des exigences de l’entreprise.

Consultez la page sur le site de l'Université.

L'aide à l'insertion professionnelle sur le site de l'Université de Toulon.

> Outils d’insertion professionnelle de l’APEC sur le site de l'Université de Toulon.

Les événements de l'insertion professionnelle sur le site de l'Université de Toulon.

Le site du Ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

2.  CV et Lettre de motivation

Vous avez repéré un job intéressant pour financer vos études ou vos envies ? Voici quelques astuces qui feront de vous un candidat gagnant !

Réaliser un bon CV

Il s'agit de présenter vos qualités et compétences auprès d’employeurs potentiels et de les convaincre de l’intérêt de vous rencontrer. Un CV doit être clair et concis pour une compréhension rapide : l’employeur a peu de temps, vous devez le convaincre en un clin d’œil !

Les 5 conseils pour un bon CV :

1. Le CV doit toujours être dactylographié : on oublie les feuilles de classeur et le stylo,

2. Il doit être clair et concis : évitez les longues phrases et privilégiez les mots-clés. De même, il ne doit pas dépasser une page,

3. Il doit mettre en avant vos qualités et vos compétences : si vous en avez, privilégiez vos expériences professionnelles en lien avec le job pour lequel vous postulez. Sinon, présentez bien vos diplômes,

4. Mettre une photo ? C’est comme le voulez. Il est courant d’en mettre une mais aucune règle ne l’oblige,

5. N’oubliez pas vos coordonnées ! Téléphone, mail, adresse… Aussi, si vous possédez un permis et que vous êtes véhiculé, dites-le !

À retenir : un CV reflète qui vous êtes et ce que vous avez fait. N’hésitez pas à y ajouter un peu de couleur ou de design !

 

Réaliser une bonne lettre de motivation

Comme pour le CV, la lettre de motivation est indispensable pour présenter votre projet, ce que vous recherchez mais surtout ce que vous pouvez apporter à l’employeur.

Les 5 conseils pour une bonne lettre de motivation :

1. L’employeur a peu de temps : une page maximum, dactylographiée, avec de courts paragraphes,

2. Un paragraphe = une idée. L’ordre peut varier mais on applique généralement : qui on est, quel poste on recherche, ce que l’on peut apporter à l’employeur/ce que l’on sait de la structure, nos compétences et qualités,

3. Evitez les phrases types et sans intérêt : « je suis motivé et sérieux », « votre entreprise me passionne », etc. Parlez de ce que vous savez et ce que vous voulez, différenciez-vous,

4. Faites-vous relire par quelqu’un pour éviter les fautes d’orthographe,

5. Comme toute lettre, pensez à mentionner la date, le destinataire et son adresse, vos coordonnées.

À retenir : évitez les lettres de motivation générales, il faut les personnaliser pour chaque entreprise.

 

3.  La rémunération et l’imposition

Un job est l'occasion d'acquérir une expérience professionnelle, de développer vos compétences mais aussi de financer vos études.

La Rémunération

Votre contrat doit vous être remis dans les deux jours suivant votre embauche. Veillez à ce que toutes les informations concernant l’employé, l’employeur et les conditions de travail, y figurent. Vous êtes considéré comme n’importe quel autre salarié de l’entreprise et êtes soumis aux mêmes règles.

Le 1er Janvier 2017, le SMIC a progressé de 0.93%. Le taux horaire est désormais de 9,76 € brut, soit 1480,27 € / mois pour 35h hebdomadaires et 17 763,20 € annuel. Le salaire brut ne comprend pas la prime de précarité et les congés payés que vous toucherez à la fin de votre contrat. Vous ne pouvez pas travailler plus de 48h / semaine, c’est la durée hebdomadaire maximale légale.

Les jeunes de moins de 18 ans ne peuvent travailler que 35h maximum par semaine et doivent bénéficier d’un temps de pause de 30min lorsque le temps de travail quotidien est supérieur à 4 heures et demie.

L’imposition

Vous pouvez bénéficier d’une exonération d’impôts, que vous soyez imposable ou rattaché fiscalement à vos parents. Pour cela, vous devez être âgé de 25 ans maximum au 1er janvier de l’année d’imposition, poursuivre des études secondaires ou supérieures et le montant total de vos salaires perçus en cours de l’année à déclarer ne doit pas dépasser trois fois le montant mensuel du SMIC.

Si vous êtes étudiant boursier :

Il n’est pas incompatible de percevoir une bourse et de toucher un salaire pour un emploi à temps partiel ou à temps plein. Les ressources prises en compte pour les bourses sur critères sociaux sont le revenu de la famille de l’étudiant. Mais attention ! Vous devrez faire preuve d’assiduité : des relevés de présence aux cours ou des justificatifs en cas d’absence vous seront demandés.

Stages : gratification obligatoire

La loi du 24 novembre 2009 a porté à deux mois consécutifs la durée du stage en entreprises ouvrant droit à gratification.

Cette obligation de gratification s’applique aux entreprises, aux administrations publiques, aux collectivités territoriales, aux établissements de santé, aux associations ou à tout autre organisme d’accueil.

La gratification des stages d’une durée supérieure à 2 mois est égale à 15 % du plafond horaire de la Sécurité sociale. Le montant de la gratification doit être précisé dans la convention de stage.

Les stages de plus de deux mois consécutifs (dont 40 jours travaillés) réalisés dans une administration ou établissement public de l’État ne présentant pas un caractère industriel ou commercial font obligatoirement l’objet d’une gratification.

Rappel : 1 mois de stage = 22 jours. 1 jours = 7h

4. L’entrepreneuriat

Toulon dispose d'un riche tissu de PME et met en place des outils visant à leur développement : réseau très haut débit, accueil de pépinières d’entreprises, espaces collaboratifs…

5. L’auto-entrepreneuriat

Le nouveau statut d’auto-entrepreneur permet de simplifier la tâche aux étudiants qui souhaitent développer une activité professionnelle parallèle à leurs études ou compléter leurs revenus. Parmi les mesures annoncées :

  • création de pôles de l’entrepreneuriat étudiant,
  • développement du "junior entreprise" au sein de chaque université,
  • mise en place de "référent entrepreneuriat".

La jeune entreprise universitaire

Le nouveau statut de « jeune entreprise universitaire » a pour objectif de favoriser la création d’entreprises par les étudiants impliqués dans les travaux de recherche des universités.

La jeune entreprise universitaire doit être dirigée ou détenue, à hauteur de 10% au moins, par des étudiants ou des titulaires depuis moins de 5 ans du master ou du doctorat, ou par des enseignants-chercheurs. Elle doit conclure une convention avec l’établissement d’enseignement supérieur dont elle exploite les résultats de recherche.

Ces entreprises bénéficient de nombreux allégements fiscaux.

Le concours national d’aide à la création d’entreprises innovantes

Lancé en 1999, ce concours est un élément majeur du dispositif du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pour favoriser la création d’entreprises innovantes et renforcer le soutien à l’innovation.

Son objectif est de développer des projets de création d’entreprises s’appuyant sur des technologies innovantes en récompensant les meilleurs d’entre eux grâce à un soutien financier et à un accompagnement adapté.

Les incubateurs d’entreprises innovantes

La création d’incubateurs d’entreprises dans les universités est encouragée.

Un incubateur d’entreprises est un lieu d’accueil, de conseil et de recherche de financement pour ceux qui ont un projet de création d’entreprise à partir d’une idée ou d’un brevet.

Les Entrepreneuriales : la création d’entreprise à portée de main

Vous avez une idée ou un projet innovant, envie de vivre les étapes de la création d’une entreprise ? Le concours des Entrepreneuriales en PACA est fait pour vous.

Les Entrepreneuriales sont fondées sur la pédagogie par l’action. Vous appréhenderez en équipe pluridisciplinaire toutes les facettes de la création d’entreprise lors d’ateliers-campus mensuels animés par des experts à la Cantine by TVT. Analyse de marché, dépôt de brevet, communication, etc. : l’entrepreneuriat n’aura plus de secret pour vous !

PEPITE Cré@tude PACA-Est : former les étudiants à l’esprit entrepreneurial

Généraliser la culture entrepreneuriale et d’innovation auprès des étudiants et des jeunes diplômés : telle est la mission du Pôle Étudiant Pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat (PEPITE) Cré@tude PACA-Est.

Piloté par l’Université de Toulon et l’Université Nice Sophia Antipolis, il a été présenté lundi 30 juin 2014.

Consulter le dossier sur le site du Ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

Contacts