• Français
2002

La campagne de ravalement

Dès juin 2002, la Ville de Toulon a lancé une campagne pour encourager les propriétaires d'immeubles à ravaler les façades les plus vétustes, notamment dans le centre ville, tout en bénéficiant d'un certain nombre de subventions.

Afin d'améliorer l'habitat et de favoriser l'embellissement de la Ville, la municipalité a ainsi pris en charge, dans certaines limites financières et dans des périmètres limités, une partie du coût des travaux.

 

  • Les secteurs initialement concernés (place de la Liberté, rue Anatole France, place Victor Hugo et avenue Colbert, puis l'avenue de la République et la Frontale du port, classée "Patrimoine remarquable du XX° siècle") sont inscrits dans une zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager. Grâce à cette première campagne, 56 immeubles et 25 commerces ont été embellis. Ces travaux, engagés pour un coût de plus de 8 M€, ont été réalisés par des entreprises à 87% varoises.    

 

  • L'opération a ensuite été étendue au boulevard de Strasbourg, à l'avenue Vauban, aux rues Gimelli,  Dumont d'Urville, de Chabannes, au boulevard de Tessé, aux quartiers du Mourillon, de Saint-Roch, du Pont-du-Las, etc.

 

  • Au total, des centaines de façades (plus de 400 fin 2011) ont bénéficié d'un ravalement. Par ailleurs, afin de préserver le patrimoine architectural toulonnais, une convention triennale pour la restauration des édifices classés est en cours d'élaboration avec la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) et les Bâtiments de France.
En savoir plus 
Points clés